test

Saviez-vous que le vieillissement de la population n’effraie pas la SCHL

Publié le par dans Actualités immobilières

Carl Renaud

Argent

Le vieillissement de la population québécoise ne menace pas la vigueur du marché immobilier selon une étude de la SCHL. L’organisme s’est penché sur le vieillissement au cours de la dernière année pour évaluer son impact à long terme sur le nombre de transactions qui seront enregistrées au Québec d’ici 2030.

L’étude montre que, malgré le vieillissement de la population, le marché immobilier va demeurer en croissance au cours des 20 prochaines années puisque les acheteurs de propriétés vont demeurer plus nombreux que les vendeurs.

Un grand nombre de propriétaires québécois craignent d’éprouver de la difficulté à vendre leur résidence d’ici quelques années puisque les aînés deviendront plus nombreux que les premiers acheteurs.

L’étude de la SCHL refroidit les craintes des plus pessimistes. L’institution a constaté qu’un petit nombre d’aînés font le choix de vendre leur propriété lorsqu’ils franchissent le cap des 65 ans.

Au cours des décennies 1990 et 2000, le nombre d’aînés de 65 à 85 ans qui ont vendu leur propriété a oscillé de 2% à 5% seulement. Une tendance qui devrait se maintenir pendant plusieurs années selon la SCHL.

Au terme de son étude, la SCHL a conclu qu’il faudrait que le taux de vente des aînés double pour que le nombre de vendeurs surpasse le nombre d’acheteurs dans le futur.