test

Quand papa et maman doivent vendre leur maison.

Publié le par dans Chroniques, Journal de l'habitation

Il vient un temps où la propriété familiale devient un fardeau pour nos parents. Des problèmes de santé, de mobilité ou même un décès provoquent les événements. Parfois, simplement le goût du changement ou l’envie de diminuer l’entretien motive la vente de notre maison. Se départir de notre actif immobilier permet de récolter notre avoir afin de profiter pleinement des plaisirs de la retraite!

Comme enfant, il est difficile de conseiller nos parents dans cette étape de vie particulièrement émotive. Évidemment, prendre des décisions objectives quand nous sommes nous-mêmes liés par un lien d’attachement envers la propriété (souvenirs d’enfance) et qu’elles concernent des êtres précieux pour nous, rend le processus extrêmement exigeant voir même périlleux.

Souvent, votre appui est nécessaire dans la prise de décision de vente. Car en vieillissant, nos parents sont moins tolérants face au stress lié au processus d’une transaction. Dans un tel contexte, il est impératif de se faire conseiller par un expert en immobilier qui aura à cœur les intérêts de votre famille.

Procéder à une évaluation marchande des lieux par un spécialiste du marché immobilier est un premier pas vers un changement. L’avis d’un courtier immobilier expérimenté ayant la connaissance de votre secteur vous permettra de fixer un juste prix de mise en marché. Au cas où un membre du clan désirerait acquérir la propriété, vous serez fixés sur le montant réel à transiger. Vous éviterez alors tout conflit d’intérêt avec d’autres membres de la famille. Quoi qu’actuellement, il est rare de voir la descendance bondir sur la maison patrimoniale.

Les fluctuations actuelles du marché immobilier préoccupent nos ainés. Malgré les statistiques en hausse depuis le début de l’année, les pronostics sont peu favorables pour les mois à venir. D’ici 5 ans, 40% de la population active sera à la retraite, ce qui aura un impact majeur sur le marché de la revente à Québec. Aussi, nos jeunes sont plus exigeants dans leur choix de propriétés. Leurs attentes sont grandes et la pression augmente sur nos vendeurs. Désormais, il est fondamental d’ajuster nos façons de mettre en lumière votre propriété. S’adapter à votre clientèle cible devient une condition urgente pour finaliser une transaction gagnante.

Puisqu’il ne faut pas négliger les effets néfastes de l’allongement des délais de vente pour une personne âgée, je vous conseille de confier la vente de leur maison à un courtier dévoué. Vous éviterez ainsi de leur faire vivre un trop plein d’inquiétude.

Personnellement, j’aime rencontrer les personnes du troisième âge. Je leur assure un réconfort dans leur cheminement de vente. À cet âge, le stress est, bien malgré eux, difficile à contrôler. Elles savent qu’elles peuvent compter sur moi pour orchestrer une mise en marché optimale de leur propriété et aller chercher le meilleur prix de vente possible. Elles se sentent appuyées et connaissent ma priorité: leur satisfaction!

Avant de mettre en vente, je m’assure de rendre la propriété attrayante aux yeux de nos acheteurs potentiels. Je conseille pour désengorger la demeure du superflu et mettre en vedette vos pièces de vie. J’opte sur l’effet de grandeur de vos aires principales tout en ouvrant vos points de lumière.
Ainsi votre propriété est parfaite pour conquérir les cœurs et assurer sa pérennité auprès des gens qui vont, tous comme vous, la choyer!