test

Hausses de taxes salées à Québec: «qu’ils contestent», lance Labeaume

Publié le par dans Actualités immobilières, Revue de presse

STÉPHANIE MARTIN – Mercredi, 10 février 2016 15:00

Les citoyens mécontents de la hausse de leurs taxes municipales n’ont qu’à contester l’évaluation de leur propriété, tranche Régis Labeaume.

Le maire de Québec hausse les épaules quand on lui parle des hausses de taxes salées dans les quartiers de la Basse-Ville, comme Saint-Sauveur, Limoilou et Saint-Roch. Le Journal révélait mercredi que dans Saint-Sauveur, par exemple, des contribuables ont vu leur facture grimper de 20 %, 30 % et même près de 50 % à la suite du dépôt du nouveau rôle d’évaluation. «C’est l’évaluation des propriétés. C’est la même histoire tout le temps. […] On l’avait dit que c’était la Basse-Ville qui avait pris de la valeur», a-t-il réagi en mêlée de presse sur le site du Carnaval mercredi.

Les insatisfaits ont tout le loisir de contester leur avis d’évaluation, dit-il. «Qu’ils contestent. Je n’y peux rien. C’est la méthode qui a été établie par le gouvernement. On applique la méthode.»

Le Ville donne jusqu’au 30 avril 2016 aux propriétaires mécontents pour contester leur évaluation municipale. Les contribuables doivent remplir un formulaire de demande de révision et acquitter les frais d’environ 75 $ pour une maison unifamiliale.

Le maire ne s’attend pas à une vague de contestation. «C’est comme à toutes les années. On n’en a pas beaucoup entendu parler au moment où on se parle.»