test

Marché immobilier: Risques de surévaluation à Québec, selon la SCHL

Publié le par dans Actualités immobilières, Revue de presse

PIERRE COUTURE – Mardi, 24 novembre 2015 14:16

Le marché immobilier de la région de Québec représente des risques de surévaluation, prévient la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

«On note des signes modérés d’une surévaluation des prix dans la région de Québec, notamment du côté de la copropriété», a indiqué mardi l’analyste principale de marché de la SCHL, Élisabeth Koulouris.

Dans ses perspectives du marché de l’habitation, présentées au Capitole de Québec mardi matin, la SCHL souligne que l’offre de copropriétés demeure encore très élevée dans la région métropolitaine.

Pour la SCHL, ce risque de surévaluation est attribuable notamment à un nombre moins élevés de premiers acheteurs et à une faible hausse du revenu personnel disponible.

Au cours des 9 premiers mois de l’année, la SCHL a noté une baisse de 2 % des prix des condos à Québec.

Le prix médian d’une copropriété s’élève maintenant à 197 000 $ alors que le délai de vente moyen est d’environ 5 mois (149 jours).

Cette glissade des prix devrait d’ailleurs se poursuivre au cours des deux prochaines années, a fait savoir Mme Koulouris.

Dans ce contexte, le marché de la copropriété demeure nettement à l’avantage des acheteurs, a précisé l’économiste de la SCHL, Kevin Hugues.

Dans la région de Québec, on compte actuellement 18,6 copropriétés disponibles pour un acheteur. Un marché équilibré commande un ratio de 10 pour 1.

À la fin septembre, la SCHL dénombrait plus de 500 condos terminés et toujours invendus dans la région.

L’unifamilial va bien

Si le marché de la copropriété demeure sous tension, on ne peut en dire autant de celui de la maison unifamiliale qui demeure à l’équilibre.

Le prix médian de vente d’une maison unifamiliale s’affiche en hausse d’un maigre 1 %, à 248 500 $ depuis le début de l’année.

Il faut dire que 7 transactions sur 10 dans la région impliquent des maisons unifamiliales.

La SCHL s’attend à ce que les prix des maisons progressent modestement de 1 % en 2015, de 1 % en 2016 et de 1,5 % en 2017.

Baisse des mises en chantier

La SCHL prévoit que les mises en chantier s’afficheront en baisse de 23 % en 2016 pour atteindre les 3350 unités.

Cette année, si tout va comme prévu, 4625 propriétés neuves verront le jour, en hausse de 4 %.

Par ailleurs, la SCHL est d’avis que les promoteurs devront lever le pied dans la construction de logements locatifs, alors que le taux d’inoccupation est maintenant de 3,9 %. Il pourrait même atteindre les 5 % en 2017.

Un risque potentiel de construction excessive est présent dans ce segment, reconnaît la SCHL.