test

Une hausse moyenne de 10,8% du parc immobilier à Québec

Publié le par dans Actualités immobilières, Revue de presse

Publié Mercredi, 16 septembre 2015 11:31 Lire l’article dans son contexte original

Le nouveau rôle d’évaluation 2016-2017-2018 est «retour à l’équilibre»

À la grande satisfaction de l’administration Labeaume, l’écart dans la valeur des résidences entre la haute et la basse-ville s’est rétréci au cours des dernières années. Moins prononcée qu’autrefois, la hausse d’environ 10 % des valeurs moyennes illustre un «retour à l’équilibre» du marché, se félicite la Ville.

Il s’agit là des principaux enseignements du nouveau rôle d’évaluation 2016-2017-2018 rendu public hier par la Ville de Québec et reflétant l’état du marché immobilier au 1er juillet 2014.

«Les gens ont le goût de vivre au centre-ville de plus en plus. On le sent partout. L’effervescence des commerces au centre-ville, ça paraît. L’effet de Saint-Roch (…) Ce qui se passe à Limoilou, on le sent tous ensemble. Le revenu moyen familial est plus élevé ici qu’à Montréal et le taux de chômage est le plus bas au Canada. À un moment donné, il faut que ça paraisse sur la valeur des propriétés», a affirmé le maire Labeaume en point de presse.
La valeur du parc immobilier a donc augmenté de 10,8 % en trois ans, passant de 67 à 78,5 milliards de dollars.
«La hausse de la valeur moyenne retrouve maintenant un niveau plus régulier après l’effervescence du marché des dernières années», a ajouté M. Labeaume. Le vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien, a résumé la situation en parlant «d’un marché en bonne santé où il n’y a pas trop de folies».

Moins fort pour les condos

Qu’il s’agisse de résidences unifamiliales ou de condos, la hausse la plus marquée des valeurs a été enregistrée dans la Cité-Limoilou, tandis que la hausse la plus modérée s’est passée à Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge.

En moyenne, l’augmentation de la valeur des résidences unifamiliales est de 8,3 %, tandis que celle des copropriétés est de seulement 4,8 %. Cette situation n’inquiète pas le maire outre mesure. «Que le marché soit moins effervescent, je suis heureux. On ne veut pas de bulle. En même temps, il faut que le logement demeure accessible pour les familles», a-t-il insisté.

D’autres choses que des condos

De son côté, le conseiller de l’opposition Yvon Bussières croit que «la Ville devrait — dans une vision d’aménagement du territoire — envisager d’autres types d’habitations que le condo».

Comme Le Journal l’écrivait lundi, l’effet sur le compte de taxes ne sera connu qu’au moment du dépôt du budget, en décembre. La Ville soutient que le dépôt du nouveau rôle constitue une «opération blanche» qui ne vise aucunement à faire augmenter les taxes des citoyens.
Le nouveau rôle pourra être consulté à partir de ce matin au www.ville.quebec.qc.ca/evaluation.

Variation de la valeur moyenne des résidences unifamiliales (2016)

  • Ville de Québec : 296 356$, + 8,3%
  • La Cité-Limoilou : 329 195 $, + 10,5%
  • Des Rivières : 295 064 $, + 8,6%
  • Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge : 378 973 $, + 7,3%
  • Charlesbourg : 270 612 $, + 9%
  • Beauport : 268 640 $, + 8,4%
  • Haute-Saint-Charles : 259 376$, +8,4%

Variation de la valeur moyenne des condos (2016)

  • Ville de Québec : 242 518 $, + 4,8%
  • La Cité-Limoilou : 300 354 $, + 7,2%
  • Des Rivières : 224 167 $, + 5,4%
  • Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge : 258 596 $, +2,5%
  • Charlesbourg : 189 557 $, 3,8%
  • Beauport : 191 852 $, + 3,7%
  • Haute-Saint-Charles : 194 671 $, + 5,3%

Valeur moyenne des résidences unifamiliales en 2016

  • Québec : 296 356 $ (+8,3%)
  • L’Ancienne Lorette : 288 980 $ (+7,1%)
  • Saint-Augustin-de-Desmaures : 360 091$ (+8,7%)

Valeur moyenne des condos en 2016

  • Québec : 242 518 $ (+4,8%)
  • L’Ancienne Lorette : 210 977 $ (+4,5%)
  • Saint-Augustin-de-Desmaures : 311 900 $ (+16,3%)

Source : Ville de Québec